M – Eine Stadt sucht einen Mörder (M)

4 Responses

  1. Excellent billet! Il faut lire la critique interprétative de Marc Ferro qui voit dans M une apologie du parti nazi. En effet, dans le film la police (l’ordre établi émanant de la République de Weimar) est tout à fait incapable d’épingler le criminel, malgré toute la technologie qu’elle utilise. C’est une organisation criminelle (la mafia), fonctionnant en dehors du cadre juridique, avec des techniques rudimentaires (les mendiants informateurs de la rue) qui capture finalement le tueur d’enfant. Difficile de ne pas voir un parallèle avec le NDSAP, fonctionnant en dehors de la loi d’un gouvernement qu’il ne reconnaît pas, avec des ressources d’abord humaines, les chômeurs convertis en chemises brunes. Lang avait d’ailleurs été approché par le parti pour être le cinéaste officiel du 3e Reich. Sa femme, Théa, avait effectivement une carte du parti. Lang a toujours dit qu’il avait aussitôt refusé, mais en réalité il a attendu de voir s’il avait une porte de sortie à Hollywood (où il a d’ailleurs réalisé d’excellents films, comme Ministry of Fear [1944]). C’est finalement, on le sait, Leni Riefenstahl qui a hérité du mandat.

    • Merci d’approfondir mon intuition Tristan! J’irai assurément lire la critique de Ferro (dans « Cinéma et histoire » probablement, livre que j’ai survolé il y a quelques années). C’est une hypothèse très crédible je crois, et si Lang a possiblement nié ses intentions derrière M, c’est probablement pour éviter d’éventuelles répercussions sur sa carrière. J’ai justement fait récemment l’acquisition de Ministry of Fear et de l’Olympia de Riefenstahl (qui font tous deux partie de Criterion), que j’ai bien hâte de découvrir!

  1. 7 juin 2020

    […] hauts RoboCop de Paul Verhoeven, High and Low de Kurosawa, Picnic at Hanging Rock de Peter Weir et M de Fritz Lang, tous des films d’enquête, mais différents les uns des […]

  2. 2 juillet 2020

    […] Lang est l’un des réalisateurs les plus influents de l’expressionnisme allemand. Avec M (1931), son premier film parlant, il atteint de nouveaux sommets, en utilisant toutes les facettes […]

Répondre à Alexandre Leclerc Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *